Carnet de route

Rocambolesque Pays Basque

Le 25/09/2016 par Colette AMARE

Des éléments prémonitoires me confirment que l’ambiance du séjour sera rebondissante ; un petit turnover de randonneurs enchainé à de savants recalculs (co-voiturage, couchages en gite, en tente, en véhicule, sans oublier un nombre suffisant de saucisses pour le repas collectif du soir,…) Puis Virevolte du temps (samedi +30° et dimanche : pluie) et Troc du maillot de bain contre le poncho !

Mais nos 17 randonneurs ne désespèrent pas, ils sont tous présents et ponctuels !

N’étant pas dans le tempo ce samedi matin, je leur improvise un petit tour ou détour en Labourd au coeur d’Hasparren, finalement on arrive à « bon port » à 9H30 pour démarrer la randonnée du jour !

Au programme l’Artzamendi  (926m) qui signifie ; montagne de l’ours  «hartza =ours Mendi=montagne», striée de ravins et barrancos elle est reconnaissable de la plaine car sa parabole blanche juche son mont ; située au sud d’Itxassou et à l’ouest de Bidarray ou se trouve notre gîte, nous envisageons sa traversée.

On débute par l’incontournable et mythologique Pas de Roland : "En août 778, Roland qui fait partie de l'arrière-garde de l’armée en guerre contre les Sarrasins (en réalité les Basques) se dirige à cheval vers le col qui lui permettra de les repousser en Espagne. A hauteur d'Itxassou, il longe la Nive et se heurte à un rocher infranchissable. C'est alors qu'il saisit son épée, la brandit et taille un passage pour les soldats. Durandal les a sauvés, ils peuvent poursuivre. Roland laisse l'empreinte de son pied sur le rocher. Malheureusement, bravant le danger avec courage et sans escorte, il trouva la mort au col dit Col de Roncevaux, le 12 août 778 ».

On traverse le hameau d’Itxassou "Laxia" pour emprunter un barranco boisé et fourni de fougères. Au plateau intermédiaire, la vue s’ouvre sur la côte basque et ses monts, c’est le domaine des Pottoks. La dernière partie est plus pentue avec un terrain rocailleux mais un petit vent chaud nous aide à progresser.

A13h tous au sommet, nous régalons nos papilles et pupilles assis face à l’Océan, on s'accorde l'heure contemplative !

Pour la descente, on se scinde en deux groupes ; il y a ceux qui reviennent sur leurs pas pour assurer le suivi d’un véhicule (ils font 12 kms et + 1022m de dénivelée) et ceux qui empruntent le GR10 pour descendre versant sud par les crêtes d’Itsusi en passant à la grotte du Saint qui Sue, (photos supplémentaires conf/ ancien site : photos randonnée : 2012 06 16 penas d'Itsusi). Un long et étouffant parcours de 18kms, les 3 derniers étant sur le bitume… certains pieds arriveront en feu à Bidarray qui fête un mariage !

Passons quelques épisodes pour reprendre à la randonnée du lendemain...

Au programme le Mondarrain (749m) depuis le village d'Ainhoa, un beau circuit en montagnes russes qu'il faut réajuster car la pluie annoncée est bien là ! Nous passons devant la chapelle Notre-Dame de l'Aubépine, un lieux de pèlerinage honorant l’apparition de la Vierge dans un buisson d’aubépine à un jeune berger. Cette chapelle eut son ermite : Jean de Berecochea, né en 1745 à Aïnhoa, et décédé en 1825. Le jeune comte de Salvandy qui se promenait dans le secteur découvrit le vieil ermite et en fit le héros d'une invraisemblable histoire dans son roman Don Alonso.

L’esplanade de cette chapelle est jonchée de stèles discoïdales, la plupart anciennes mais  les plus récentes datant de 2011, l’art funéraire basque se perpétue ! Malgré de gros nuages qui pèsent sur nos têtes, on bénéficie d'un vaste panorama ou le bleu des flots se confond à celui de l'horizon. Arrivés au mont Erebi (583m) la plupart des randonneurs font demi-tour car les ponchos ont été sortis de leurs sacs. De retour à la chapelle, ils assitent à la représentation des tourbadours de San Sebastian qui organisent dans tout le Pays Basque des activités culturelles dans les villes ou ils font étape, l'étape du jour "les mystères de l'air". Partis ce matin de Dancharia en direction de Cambo les Bains, ils font étape à la chapelle d'Ainhoa pour jouer la scène du jeune berger ...   

Pendant ce temps, quatre randonneuses poussent jusqu'à l'Atxulegi (616m) et s'attribuent le poste de tir N°8 pour se préparer à la chasse au tir à la palombe qui ouvre dans quelques jours... 

On se retrouve tous à l'auberge du village ce début d'après-midi, trop tôt pour rentrer ! On décide de jouer les touristes en marquant un arrêt à Espelette, on déguste son chocolat au piment et son délicieux Pichouli. Nous reprenons l'autoroute sous une pluie battante et retrouvons à 18 h nos logis bigourdans !

Merci aux participants 

Et pourquoi pas un prochain RDV basque à la Fête de la Cerise d'Itxassou ?

CLUB ALPIN FRANCAIS DE TARBES
46 BD DU MARTINET
65000  TARBES
Contactez-nous
Tél. 05 62 36 93 23
Permanences :
mercr 15:00-18:00 vendr 18:30-20:00
Agenda