Carnet de route

Rencontre franco-espagnole avril 2017

Sortie :  Rencontre franco espagnole du 01/04/2017

Le 01/04/2017 par Charles Castellazzo

20ème rencontre entre les Montañeros de Aragon de Barbastro et les randonneurs du Club Alpin Français de Tarbes les 1 et 2 avril 2017 à Canfranc

Pour ces vingtièmes rencontres, nos amis de Barbastro ont symboliquement choisi un lieu de passage entre nos deux pays, renouvelant ainsi nos liens transfrontaliers. La première rencontre avait eu lieu au Pic de Bataillance, avec départ de la randonnée au tunnel d’Aragnouet : une crête et un tunnel. Aujourd’hui nous sommes à Canfranc Estatión, au col du Somport : la route, le train, les tunnels et bien avant le chemin de St Jacques.

Ce haut lieu de circulation des personnes a été choisi avec beaucoup d’à-propos pour fêter nos liens d’amitié et de convivialité. Un séduisant programme de marche et de visite culturelle a été concocté par Pilar et Agustín, familiers de l’endroit. Il faut le dire, les rencontres s’étendent maintenant sur deux jours, et certains tirent sur quatre jours pour profiter au mieux de l’escapade.

Cette année, la sortie surprise du premier avril s’est fondue avec la rencontre franco-espagnole, l’avancement de la rencontre ayant fait coïncider les deux dates. Le 1er avril n’est pas célébré en Espagne comme en France, les farces se font un autre jour.

Le rendez-vous du samedi matin était donné au nord de Canfranc, près de l’entrée monumentale du tunnel ferroviaire. Le très mauvais temps versant nord a affecté la zone de crête et le groupe a rejoint le col du Somport et démarré sous les flocons. Amusés par une distribution de friture en chocolat et de poissons rouges rieurs à fixer au sac à dos, nos pèlerins sont descendus en suivant le rio Aragon par le GR11 et Canal Roya. Ils sont passés à proximité d’Astun et Candanchu, par l’Hospital de Sta Cristina, le fort du col des Ladrones, et atteint Canfranc.

Cet itinéraire tout en descente a mené jusqu’à la salle des sports, où le pique-nique s’est déroulé à l’abri bien au chaud. Les tables dressées ont permis à chacun de s’installer et partager son panier avec les voisins. La visite de la ville s’est poursuivie avec le Centre A Lurte, centre pyrénéen de référence des risques de montagne, installé dans le bâtiment « Casa de los Ingenieros de Montes » et de l’administration forestière. En effet il s’est agi à l’époque de trouver l’emplacement pour une gare internationale, au plus près de la frontière, dans un environnement perturbé par les risques naturels (avalanches, inondations torrentielles et chutes de blocs…) Le plateau qui accueille ce bâtiment de prestige et fonctionnel, avec toute la logistique et métiers afférents, est issu d’un grand travail de terrassement, protégé des couloirs d’avalanches par de nombreux ouvrages d’art, sur chaque versant d’Arañones, chacun accessible par des sentiers concentriques, toujours plus hauts et plus élevés jusqu’aux crêtes sommitales.

Imprégnés du contexte de la création du lieu, bien à l’écart du village du même nom, nous allons sur le quai de la gare. Une rame attend, mais pas après nous : la liaison pour Jaca se fait en fin de journée. Nous nous présentons au passage souterrain carrelé de faïence. Chapeautés du casque de chantier, nous l’empruntons ressortir au cœur du bâtiment aux 365 fenêtres. La guide nous conte l’histoire de ce vaisseau de pierre et d’ardoise, de la liaison ferroviaire et ses avatars, des destins humains, de l’abandon et de la lente renaissance de la gare et de la ligne.

Plus tard en soirée, à la nuit tombée et pour toute la saison à venir, la gare est illuminée par un son et lumière. Les sapins sur les rives du pont de l’Aragón ont été coupés il y a peu, pour ouvrir l’espace sur cette vision colorée, sous la neige qui tombe ce soir.

Il est temps de se retrouver au repas du soir à la Villa de Canfranc, aux côtés de Luis Masgrau, José Masgrau, et François Franco, nos organisateurs toujours présents. Les tables se forment et les conversations vont bon train. Les présents sont échangés : une sculpture représentant un excursionniste fait d’un assemblage de différents bois patinés clairs (noix, chêne, olivier cerisier et frêne) et un ouvrage sur de mystérieuses pierre levées qui parsèment nos montagnes. Des chants sonores clôturent la soirée.

Le lendemain Dimanche 2 avril, la pluie dispute le ciel à la neige. Deux groupes se forment : les marcheurs partis sur le flanc ouest de Los Arañones par l’un des sentiers en boucle, et les promeneurs plus nombreux partis en visite à Jaca, pour la cathédrale et son musée sur l’art religieux médiéval de toute beauté. A quelques pas du centre-ville, la Citadelle est une promenade appréciée, avant de s’en retourner par Canfranc village et Estatión.

Le repas de clôture, où M le Maire de Canfranc, Fernando Sánchez nous a fait l’honneur de sa présence, se déroule dans la bonne humeur, les exclamations et les chansons. Les Anciens venus de Barbastro pour l’occasion sont heureux de constater la persistance des liens d’amitié qui unissent les deux clubs.

 Moment important, la photo de groupe avant de se séparer : la soixantaine de randonneurs se dirige vers le pont face à la gare, on déploie les banderoles. On promet de se revoir dans six mois, à l’automne côté français pour un programme inédit.

Texte : Catherine

Photos : Francois, Sophie, Yannick, Charles, ici







CLUB ALPIN FRANCAIS DE TARBES
46 BD DU MARTINET
65000  TARBES
Contactez-nous
Tél. 05 62 36 93 23
Permanences :
mercr 15:00-18:00 vendr 18:30-20:00
Agenda