Carnet de route

Week-end au Pays Basque

Le 09/06/2017 par Josiane MORNETTAS

LA RHUNE et la fête des cerises à ITXASSOU 3-4-5 juin 2017

            Partis de Tarbes samedi à 7h en direction du pays basque en dépit de prévisions météo très pessimistes, c’est à l’unanimité que nous nous rangeons à la suggestion de Colette de reporter l’ascension de la Rhune prévue ce jour pour aller visiter Saint-Sébastien. Direction gare d’Hendaye où nous empruntons le train qui nous emmène au coeur de la cité. Sous les parapluies nous allons admirer la magnifique baie de la Concha puis nous attaquons les pentes raides du Mont Urgull dominé par son château. De belles vues s’offrent à nous malgré les nuages qui tronquent les sommets des montagnes. Dans une des défenses est installé un musée qui retrace l’histoire de la ville, maintes fois détruite par les guerres, ainsi que son activité économique. Après le pique-nique, nous descendons vers les ruelles animées de la vieille ville où la clientèle des bars à tapas déborde sur les trottoirs.

En fin d’après-midi, toujours sous la pluie mais d’excellente humeur, nous gagnons le charmant village d’Itxassou niché au mileu des vergers et des prairies pour nous installer au camping dans des petites structures en dur dont nous apprécions l’étanchéité. Après les grillades c’est l’heure du concert à l’église du village : Saint Fructueux, construite au XVIIème siécle et remarquable par sa galerie sur 3 étages en bois sculpté, son plafond peint, sa chaire et son retable baroque. Nous écoutons un choeur d’hommes qui interprète des chants basques et d’autres pays : voix magnifiques mises en valeur par l’acoustique de l’église.

            Dimanche le parapluie est toujours de rigueur. Nous gagnons le pôle sportif du village où doivent se dérouler les manifestations de la fête des cerises . Nous attendrons longtemps et vainement, stoïques sur nos bancs, qu’arrive l’éclaircie toujours annoncée par Mireille, et que commence le spectacle, tout en  dégustant les fameuses cerises au son des chistous et du tambour. Le repas, pris à l’abri du mur à gauche couvert, sera savoureux et animé. L’après-midi est consacrée aux danses et jeux d’adresse exécutés par les enfants, (ici les majorettes sont des garçons), avant l’entrée en scène des adultes pour les jeux de force basque : tir à la corde, ramassage des épis de maïs, transport de bidons (un de 35kg à chaque bras), hissage de bottes de paille... Lorsque des spectateurs sont sollicités pour s’essayer au jeu du tir à la corde, Pascal, n’écoutant que son courage et sous les acclamations de ses groupies, descend sur le tapis pour affronter la redoutable équipe sur-entraînée de Souraïde : il défend avec brio l’honneur de la Bigorre.

            Lundi matin : enfin le soleil ! Avec joie nous prenons la direction d’Olhette. Colette nous propose une boucle, nous montons donc sur le versant ouest du vallon , tantôt dans les bois tantôt au milieu des fougères, pour gagner la crête frontière en passant près de la petite Rhune. Au fur et à mesure que nous montons et que les nuages se dispersent, la panorama sur l’océan se découvre, autour de la baie de Saint-Jean-de-Luz. Avant d’atteindre le col de Zizkoitz, nous passons devant les sculptures réalisées dans la roche par Pantxoa Saint-Esteben en 1989, « les pierres réveillées », en mémoire de Maurice Abeberry, dirigeant sportif dans le milieu de la pelote basque et juriste. Une jolie mouette en mosaïque de cailloux blanc attire le regard sur cet ensemble. Au col se découvre le versant espagnol : le guipuzcoa se dévoile jusqu’à Saint-Sébastien. Le sommet lorsque nous y arrivons est encore encapuchonné de brume, mais dans la descente, effectuée sur le GR10, nous profitons pleinement du panorama : sur la côte depuis Hondarribia et le Cap du Figuier jusqu’aux Landes, et sur les hauteurs : au loin les 3 Couronnes, et plus près de nous la crête que nous avons longée ce matin.

            Un très beau week-end prolongé, en dépit d’une météo pas très favorable, grâce à l’imagination de Colette, à la bonne humeur de tous, aux talents culinaires de Marie-France, Maryse et Mireille, et au sens de l’accueil du Pays Basque. Merci à Colette et merci à tous.

Photos : Josiane et Colette

J1 / Rando-Citadine à San Sébastian   10kms   +220m
J3 / La Rhune depuis Olhette en circuit 15kms  +910m

 

CLUB ALPIN FRANCAIS DE TARBES
46 BD DU MARTINET
65000  TARBES
Contactez-nous
Tél. 05 62 36 93 23
Permanences :
mercr 15:00-18:00 vendr 18:30-20:00
Agenda