Carnet de route

La voie du pêcheur : à marée basse

Le 05/08/2020 par Paul Larger

Le groupe du mercredi proposait deux sorties le 5 août : Yves partait pour la Grotte du loup, et Gérard m'emmenait découvrir la Voie du pêcheur à Cap de Long. La reconnaissance faite par Gérard il ya quelques mois n'avait rien donné : à cause des névés, il n'avait pas trouvé la voie. Et malgré notre enthousiasme : rebelotte.
Nous savions par coeur la description de Camp to camp : "Approche 20min Prendre le chemin au bout du parking vers le Campbieil/Pic Long, le quitter lorsque il commence à monter rester au bord du lac et suivre une sente cairnée. Aller le plus loin possible (attention au niveau du lac !) , cairn au pied de la voie dans des éboulis clairs, départ de la voie au-dessus." Mais pas de cairn, pas d'éboulis.
Nous savions aussi par coeur la description d'Aure Vertical (www.facebook.com/aure.vertical/posts/2479957572227438) : "on y accède en 20 minutes en longeant la rive droite du lac par le chemin des pêcheurs. La voie démarre au bout du chemin, quand les parois empêchent de continuer par la rive, c'est au dessus de vous.". Nous consultions fébrilement la photo, mais aucun secteur ne ressemblait. Après avoir tournicoté un peu partout au-dessus du lac, nous avons fini par renoncer, nous contentant des deux premières longueurs de Cousin cousine.

Mais après avoir grignoté et nous être reposés, notre motivation est revenue, et nous sommes repartis. Nous nous sommes équipés de technologie moderne : GPS et photo agrandie sur le smartphone. Nous avons puissamment cogité, ouvert des yeux de lynx, nous avons remonté des sentes raides et herbeuses, observé partout : pas de trace de plaquettes. Après une nouvelle phase de brainstorming, nous avons conclu que la voie devait être un peu plus loin que les dernières zones accessibles à pied sec ou à gué. Finalement, n'écoutant que notre courage, nous nous sommes jetés dans les eaux glaciales et les profondeurs insondables du lac (là, j'exagère un peu, l'eau était bonne, et on avait presque pied). Bref, après une séance de natation lacustre de près de 10 mêtres, nous avons trouvé, à défaut de cairn, un éboulis à remonter (pieds nus) pour apercevoir enfin quelques morceaux de métal brillant un peu plus haut. Victoire ! 

Conclusion : la voie est accessible à pied à marée basse (dans quelques mois?) : elle ne part pas du lac, car c'est trop raide, mais environ 10 m plus haut (si je me souviens bien), car le bas de la paroi est surplombant. Il faut franchir quelques fougères pour atteindre le départ, mais le début ressemble bien à de la dalle en 4 et il y a beaucoup de plaquettes.

PS : Francis au Garlitz a rigolé : évidemment, en ce moment le lac est trop haut, mais il suffit de contourner un secteur rocheux par le haut. J'étais monté au bon endroit, mais je cherchais la voie au-dessus, alors qu'il fallait essayer de traverser 50 m vers la droite.
PPS : en rentrant, nous avons aussi trouvé des plaquettes neuves sur deux faces d'un secteur rocheux, mais ça ressemblait plutôt à du 6 qu'à du 4.







CLUB ALPIN FRANCAIS DE TARBES
46 BD DU MARTINET
65000  TARBES
Contactez-nous
Tél. 05 62 36 93 23
Permanences :
mercr 16:00-18:00 vendr 18:30-20:00
Agenda